Addiction.travel | Les portails apportent un réel business aux hôteliers ! où est le mal ? | Addiction.travel
4158
question-template-default,single,single-question,postid-4158,ajax_updown_fade,page_not_loaded,

BLOG

Les portails apportent un réel business aux hôteliers ! où est le mal ?

25 Sep 2013, Publié par Rémi à
Dans un marché de libre concurrence, je suis pour les contrats gagnants-gagnants et sur un point en particulier : il y a bien une position dominante.

Pour replacer le débat, dans mon esprit, les portails de réservation en ligne sont un plus pour le consommateur car ils référencent tous les hôtels d’une destination et permettent de comparer et réserver facilement. Dès lors que le client est un nouveau consommateur, il est normal que l’hôtelier paye une commission, à lui de négocier la meilleure avec le portail.

En revanche, je m’interroge sur les pratiques marketing qui permettent de prendre une rémunération à « moindre effort ».

Comment ? En achetant le nom des établissements dans les moteurs de recherche, l’internaute qui cherche le nom d’un hôtel sur Google se retrouve happé par le portail de réservation qui se trouve en pôle position sur ces moteurs de recherche et séduit par des astuces marketing « pas cher, meilleur prix » etc qui laissent penser au consommateur qu’il va faire une « affaire » en cliquant sur ce lien plutôt que sur celui de l’hôtel qu’il cherchait.

Or les prix ne peuvent être différents puisque soumis à une clause de parité tarifaire qui consiste à une parfaite égalité entre prix sur les portails de réservation en ligne et les prix pratiqués par les hôteliers à leur propre clientèle.

Il n’y a donc dans ce cas aucun service apporté par le portail à l’hôtelier ou au consommateur final, juste des astuces technologiques et marketing qui permettent ainsi aux portails de détourner la clientèle des hôteliers vers eux et prendre ainsi 20% de commission à « moindre effort »

La publicité payante : c’est la mise en place d’un filtre volontaire qui coûte en moyenne 18 % de commission !

Dans mon livre, je livre une définition de Brandjacking : c’est là où se situe le véritable Hold-up

Brandjacking : Détourner l’attention du consommateur en affichant une publicité payante (coût par clic) d’une marque dans un moteur de recherche, pour générer un trafic supplémentaire sur son propre site ou portail. Souvent utilisé dans des activités abusives d’affichages publicitaires, conçu pour le gain au détriment de la bonne volonté de la marque productrice du service, cette « méthode » marketing rompt la confiance recherchée entre le consommateur final et la marque, par des affichages détournés.

Share Button

Poster un commentaire